Témoignages

Joseph – Analyste

J’ai commencé ma carrière au CST à titre d’étudiant coop, il y a treize ans de cela. Encore aujourd’hui, je suis étonné de constater à quel point j’aime travailler ici! Je dois relever sans cesse de nouveaux défis techniques et je travaille avec des personnes brillantes; ensemble, nous trouvons des solutions à certains des problèmes les plus complexes au monde. J’ai travaillé sur des projets révolutionnaires qui faisaient appel aux technologies les plus géniales : super ordinateurs, appareils portables, j’en passe et des meilleures. Si vous êtes à la recherche d’innombrables occasions d’apprendre afin d’acquérir un vaste ensemble de compétences, le CST est l’endroit pour vous. De plus, au CST nous pouvons profiter d’horaires souples et de programmes qui nous permettent de prendre des congés de longue durée pour se consacrer à des intérêts ou du perfectionnement en dehors du lieu de travail. Par exemple, j’ai pris un congé autofinancé de six mois et mon poste m’était garanti à mon retour!

Gabriel – Chef d’équipe

Avant d’arriver au CST, je ne savais pas à quoi m’attendre dans le cadre de mon nouvel emploi à titre de développeur de logiciels au sein du gouvernement fédéral. En effet, après avoir travaillé dans le secteur privé pendant huit ans, j’avais quelques doutes.

Tout le monde connaît le cliché du fonctionnaire paresseux qui passe sa journée sur Google, faute d’avoir mieux à faire. Or, j’ai eu l’agréable surprise de constater que le CST n’avait strictement rien à voir avec ce stéréotype. Au contraire, les horaires souples et la vaste communauté de développeurs qualifiés rappellent plutôt une entreprise privée.

J’ai eu l’occasion de développer des systèmes à grande échelle à la fine pointe de la technologie, avec des gens dynamiques et ouverts d’esprit. Voilà pourquoi j’aime tant travailler au CST.

Au cours des cinq dernières années, j’ai travaillé sur quatre projets qui ont été riches en défis à tous les niveaux du développement logiciel. J’ai eu l’occasion de travailler avec une multitude de technologies : programmes en PERL, outils Web, clients lourds, systèmes de messagerie, applications J2EE à trois niveaux, vastes bases de données orientées objet ou relationnelles... Au CST, on retrouve vraiment de tout.

Le CST est l’endroit idéal pour les gens qui, comme moi, n’aiment pas faire tout le temps la même chose et qui aiment avoir un travail qui sort de l’ordinaire.

Son environnement de développement matriciel facilite les échanges de développeurs entre les équipes, ce qui m’a permis d’apprendre et de perfectionner mes compétences dans le domaine de la programmation informatique.

Depuis que j’ai commencé ma carrière au CST, je suis convaincu que mon CV s’est extraordinairement bonifié grâce à l’expérience que j’ai acquise.

Ce n’est pas d’ici tôt que j’irai me chercher une carrière ailleurs!

Nadir – Analyste du renseignement en langue étrangère

Je travaille comme analyste du renseignement en langue étrangère au CST depuis presque un an.  Je ne cesse d'être étonné à quel point mon travail est intéressant et diversifié et me permet d'acquérir constamment de nouvelles connaissances.  Les excellents programmes de formation du CST favorisent activement mon perfectionnement professionnel.

J'ai été en mesure d'utiliser à la fois mes connaissances des affaires internationales, mes aptitudes linguistiques et mes compétences techniques dans une carrière gratifiante qui contribue directement à la sécurité nationale et à la protection des intérêts des Canadiens.

Mon emploi est stimulant puisqu'il m'oblige à demeurer au fait des enjeux internationaux et à réagir régulièrement aux événements qui se produisent dans le monde.

J'apprécie également les liens que j'entretiens avec les autres ministères du gouvernement et les partenaires internationaux.

L'aspect le plus remarquable que j'ai observé au CST, par rapports aux autres endroits où j'ai travaillé, est à quel point le personnel, tant les nouveaux employés que les vétérans de vint-cinq ans, aime son travail, possède un sens inné de sa mission et est fier d'œuvrer au sein de l'organisme canadien probablement le plus fascinant.

Elaine – Analyste du renseignement

À première vue, un bagage dans le domaine des arts et des sciences sociales peut paraître bizarre pour une analyste du renseignement, mais je ne suis certainement pas la seule à posséder un tel diplôme et à travailler au CST.

Le développement d'un esprit à la fois créatif, critique et logique, tant dans le milieu universitaire qu'au cours de l'expérience acquise m'aide réellement dans mon travail.  Évidemment, il est utile de démontrer un intérêt à acquérir des connaissances techniques; mais je suis souvent étonnée de la vaste gamme de compétences dont mes collègues font bénéficier le CST, qu'ils soient physiciens, chimistes, biologistes, musiciens, linguistes, historiens ou autres.

Le travail d'une analyste du renseignement a plusieurs facettes. Il exige de réfléchir comme une cible et de tenter de déterminer où et comment des renseignements sensibles peuvent être glanés.  L'analyste doit identifier des éléments d'information en apparence disparates et les mettre en contexte.

Enfin, l'analyste doit combiner l'information acquise et les renseignements de base et contextuels et transmettre clairement les résultats aux clients.  Le poste offre d'innombrables possibilités d'apprentissage et de formation et permet de mettre ses compétences à l'épreuve avec une vaste gamme de cibles.

En résumé, les analystes du renseignement sont à la fois des universitaires, des détectives et des experts techniques.  Je trouve cette combinaison de rôles vraiment gratifiante et satisfaisante.

William – Analyste des systèmes logiciels

Le travail dans mon domaine offre un environnement dynamique et stimulant qui me permet de côtoyer des personnes positives et des esprits brillants et motivés.

La culture du CST est totalement différente de toute autre que j'ai pu connaître.  Elle nous porte constamment à exceller pour relever les défis. J'ai acquis de nouvelles connaissances tous les jours ces quatre dernières années et demie.  Je n'ai pas vu passer le temps et j'ai grandement amélioré mes compétences en matière d'organisation, de priorisation, d'analyse fonctionnelle, d'architecture, de gestion et de développement.

De manière générale, l'environnement a favorisé l'adoption de solutions techniques appropriées qui ont permis la mise au point de produits bien développés compte tenu des échéances du CST, qui ne sont pas aussi astreignantes que celles de l'industrie.

J'aime ce travail à ce point que j'ai abandonné une carrière prometteuse dans l'industrie de la musique.

Kim – Conseillère en politiques

Ce que j'apprécie le plus de mon travail de conseillère en politiques au CST, c'est la richesse des connaissances que j'acquiers sur l'organisme dans son ensemble et sur le reste du gouvernement. Mon équipe, bien positionnée pour appuyer le chef du CST ainsi que le ministre de la Défense nationale et le conseiller pour la sécurité nationale auprès du premier ministre, me permet d'acquérir une expérience précieuse des politiques dans un grand nombre de secteurs.

J'apprécie également le fait que tous ne sont pas tenus de posséder des compétences en informatique ou en mathématique pour travailler au CST. Mes collègues conseillers en politiques ont fait des études très variées, y compris des études en histoire, en bibliothéconomie, en sciences politiques, en économie et en littérature. Cette diversité crée un environnement de travail polyvalent et de haut calibre où les différentes perspectives et approches sont non seulement respectées mais également encouragées.

Travailler en partenariat avec un grand nombre de ministères et organismes — le Bureau du Conseil privé, le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, le ministère de la Défense nationale et le Service canadien du renseignement de sécurité, pour n'en nommer que quelques-uns — représente une autre partie intéressante de mon travail, tout comme de développer des compétences clés telles le réseautage et la création de relations, la recherche et l'élaboration de politiques, le raisonnement analytique et les connaissances des activités gouvernementales.  Tous ces atouts contribuent à une carrière gratifiante de conseillère en politiques dans la fonction publique.