Témoignage de la chef du CST devant le Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la défense, le 21 mars 2016

Honorables membres du Sénat,

Je tiens d’abord à vous remercier de m’avoir invitée à vous parler du travail que nous accomplissons au Centre de la sécurité des télécommunications, et à faire état de nos priorités.

Depuis ma nomination au poste de chef du CST, l’an dernier, j’ai été un témoin privilégié du travail difficile, mais combien remarquable qui est réalisé par notre organisme. Jour après jour, j’ai le privilège de constater le professionnalisme, les compétences et la détermination dont les femmes et les hommes du CST font preuve pour protéger le Canada, les Canadiens et les informations essentielles. Je suis très fière du travail remarquable qu’ils accomplissent et ce fut en effet un privilège pour moi de diriger cet organisme au cours de la dernière année.

J’aimerais d’abord vous mettre en contexte en décrivant le travail du CST ainsi que les raisons qui le sous-tendent. Permettez-moi ainsi de rappeler que le CST a un mandat à trois volets, lesquels sont définis dans la Loi sur la défense nationale.

Il conviendra de préciser que le CST est l’organisme national canadien chargé du renseignement électromagnétique, et qu’il est autorisé à capter ainsi qu’à utiliser les données provenant de l’infrastructure mondiale d’information, et ce, dans le but de fournir du renseignement étranger répondant aux priorités du gouvernement du Canada. En l’occurrence, je souhaiterais insister sur le fait que le CST vise uniquement les entités et les communications étrangères, et que la loi lui interdit formellement de viser des Canadiens ou des personnes se trouvant au Canada. 

En ce qui a trait aux résultats, le renseignement que nous avons produit s’est avéré d’une importance capitale pour les opérations militaires du Canada, y compris celles qui ont encore lieu en Irak. Ce renseignement a permis de mettre au jour des complots d’extrémistes étrangers qui voulaient attirer, radicaliser et entraîner des individus dans le but de perpétrer des attaques au Canada et dans d’autres régions du monde. Il a également donné lieu à des avertissements en temps opportun, lesquels ont permis de contrer des cybermenaces étrangères visant le gouvernement du Canada ainsi que les infrastructures et les réseaux essentiels. De plus, ce renseignement nous donne les moyens d’identifier les actes d’hostilité de services de renseignement étrangers et de contribuer au renforcement des mesures de protection du pays. Il a d’ailleurs été un facteur déterminant dans le maintien de l’intégrité de nos frontières et de nos infrastructures. Au reste, ce renseignement a grandement servi les intérêts du Canada en fournissant des éléments contextuels sur les crises et les événements mondiaux, permettant ainsi aux intervenants canadiens de prendre des décisions éclairées en matière de sécurité nationale, de défense et d’affaires internationales.

Le deuxième volet de notre mandat porte sur la cyberdéfense et la protection. Le CST fournit des avis, des conseils et des services pour aider à protéger les renseignements électroniques et les infrastructures d’information importantes pour le gouvernement du Canada. Notre expertise technique sophistiquée dans le domaine de la cybersécurité nous aide à cerner et à contrer les cybermenaces les plus lourdes qui pèsent sur les réseaux et les systèmes informatiques, de même que sur les importantes informations que ceux-ci contiennent. Nous aidons à protéger les systèmes du gouvernement du Canada contre les activités malveillantes de certains États, de pirates informatiques et de criminels étrangers. Nous surveillons les menaces étrangères provenant des quatre coins du globe et nous collaborons avec les ministères, aux fins de défense et de renforcement des systèmes ayant été compromis. En outre, nous aidons à protéger contre le vol l’information gouvernementale essentielle, notamment les renseignements personnels.

Le troisième volet du mandat du CST consiste à fournir une assistance technique et opérationnelle aux organismes fédéraux chargés de l’application de la loi et de la sécurité, dans l’exercice des fonctions que la loi leur confère. En tant qu’organisme national de cryptologie du Canada, le CST possède un savoir-faire et des capacités uniques. Dans le cadre du mandat d’assistance, le CST peut mettre ses capacités à la disposition d’organismes canadiens chargés de l’application de la loi ou de la sécurité, pour permettre à ceux-ci de remplir le mandat qui leur a été confié en vertu de la loi.

La notion de respect des lois et de la vie privée constitue l’un des fondements de l’œuvre du CST. La protection de la vie privée des Canadiens n’a absolument rien d’accessoire. Le respect de la vie privée des Canadiens est une partie fondamentale de notre culture organisationnelle et fait partie intégrante de nos structures, politiques et processus organisationnels. En matière de protection de la vie privée, le CST est régi par un cadre très rigoureux : des politiques et des procédures soigneusement définies ainsi que des examens internes, sans oublier les examens externes indépendants, tout particulièrement celui du commissaire du CST. Grâce à ces mesures, on s’assure que le CST mène ses activités tout en protégeant la vie privée des Canadiens.

Cette année marque le 70e anniversaire du CST. Pendant toutes ces années, le CST a aidé à protéger le Canada et les Canadiens, tout en s’adaptant aux immenses changements qui ont marqué la sphère de la sécurité internationale et qui caractérisent la fulgurante évolution des technologies des communications. De la guerre froide à la guerre contre l’État islamique, du télégraphe et des radios au réseau Internet mondial, les menaces pesant sur le Canada et sur ses alliés — ainsi que la nature même de notre travail — sont devenues plus complexes et plus diverses que jamais.

Cet environnement en constante métamorphose constitue le dénominateur commun de trois de nos principales priorités.

La première de nos priorités consiste à nous donner les moyens de fournir continuellement et en temps opportun de précieux renseignements étrangers qui répondent aux besoins du gouvernement du Canada. Dans un contexte mondial qui ne cesse de se complexifier, il est devenu indispensable de se donner accès à du renseignement étranger. Permettez-moi de rappeler l’exemple que j’ai cité plus tôt, celui concernant le soutien que le CST accorde à la mission du gouvernement en Irak. Tout comme en Afghanistan, nous fournissons du renseignement indispensable à cette mission et nous contribuons à la protection des troupes canadiennes contre les menaces qui se profilent sur le terrain.   De toute évidence, le renseignement a été un aspect important de cette mission, et c’est avec fierté que le CST continuera d’apporter sa contribution à mesure que la mission canadienne évoluera. 

En outre, le CST devra relever certains défis pour être en mesure de jouer adéquatement son rôle. Certes, le renseignement que nous fournissons est nécessaire à la défense du Canada contre les menaces terroristes. Mais, depuis un certain nombre d’années, le CST et ses alliés doivent composer avec des changements importants : les terroristes ont grandement perfectionné leurs modes d’opération et ont désormais recours à des technologies de communication sophistiquées. Par exemple, l’État islamique a démontré une capacité sans précédent à tirer avantage des technologies de pointe. En très peu de temps, il a tiré parti de l’Internet pour orchestrer sa propagande et pour planifier ses attaques. Cette conjecture nous a forcés à redéfinir nos capacités et à anticiper les changements technologiques rapides dans le but de contrer nos adversaires.

Par ailleurs, j’aimerais dire un mot sur l’importance accrue de la cybersécurité, une autre priorité capitale du CST, laquelle consiste à prévenir les cybermenaces en misant sur des mesures de protection, de défense et de sensibilisation de l’effectif. La protection des communications et des informations les plus sensibles du Canada fait partie intégrante des activités du CST depuis 70 ans. Et même si cet enjeu a toujours été au cœur des activités du CST, il n’en demeure pas moins que, au Canada et dans le monde, un nombre sans cesse croissant d’activités gouvernementales, d’entreprises, de systèmes militaires et d’activités citoyennes sont tributaires de l’Internet, ce qui exige que nous intensifiions les mesures de cybersécurité.

Or, le gouvernement, l’entreprise privée et les citoyens sont contraints de compter toujours davantage sur l’information numérique et les systèmes électroniques, ce qui a provoqué l’émergence de nouveaux risques, de nouvelles menaces et de nouveaux auteurs de cybermenaces, lesquels constituent un risque toujours croissant pour l’infrastructure numérique dont dépendent les Canadiens.

Le nombre d’États et d’entités non étatiques qui sont en mesure de mener des cyberopérations malveillantes et soutenues ne cesse d’augmenter et constitue une menace constante pour le Canada. Fort d’une collaboration active avec ses partenaires gouvernementaux, le CST se tient sur la ligne de front pour être en mesure de protéger adéquatement l’information. Chaque jour, les mécanismes sophistiqués de cyberdéfense du CST bloquent plus de 100 millions d’attaques malveillantes visant le gouvernement du Canada. Il est donc clair que le CST joue un rôle essentiel en matière de protection de la sécurité nationale du Canada et des activités du gouvernement. Les initiatives éducatives du CST, comme les 10 meilleures mesures de sécurité des TI visant à protéger les réseaux et l’information du gouvernement du Canada, aident à faire en sorte que les professionnels en TI du gouvernement soient au courant des plus récentes menaces et mesures d’atténuation.

Le gouvernement reconnaît en outre que le secteur privé canadien et ses infrastructures essentielles sont la cible de cyberattaques malveillantes, particulièrement dans les secteurs novateurs de pointe. C’est pourquoi le CST et ses partenaires fédéraux offrent de plus en plus de soutien en cyberdéfense, à des entités se trouvant au-delà des réseaux du gouvernement, en leur fournissant, notamment, de l’information sur les cybermenaces ou des conseils sur les mesures d’atténuation. 

La troisième priorité du CST consiste à nous assurer que l’organisme dispose de capacités organisationnelles suffisantes — maintenant et à l’avenir — pour être en mesure de répondre aux demandes et aux besoins du gouvernement du Canada, lesquels exigent que nous excellions dans les trois volets de notre mandat, tout en suivant les normes les plus rigoureuses en matière de respect des lois et de la vie privée. La réalisation de notre mandat dans un environnement aussi problématique et volatile constitue, en soi, un défi de taille.

Pour être en mesure de garantir la protection de tous les Canadiens dans un environnement aussi agité, le CST et son effectif doivent se montrer souples, novateurs, déterminés et exemplaires, des attributs qui caractérisent déjà notre travail depuis 70 ans.    

Du reste, je conclurai mon allocution en réitérant ma pleine confiance en notre capacité à relever les défis qui se dressent devant nous. Nous sommes donc résolus à persévérer malgré les profonds changements; à répondre aux impératifs, toujours plus nombreux, imposés par les cybermenaces; à fournir, en temps opportun, du renseignement étranger au gouvernement du Canada; et à continuer de veiller à la protection de la vie privée des Canadiens. 

Et ma confiance est absolue, car elle repose sur le professionnalisme remarquable et sur l’engagement indéfectible dont fait preuve l’effectif hautement compétent du CST. Le personnel du CST est la force motrice qui définit notre organisme et nos capacités, et qui nous rend aptes à atteindre nos objectifs. Notre capital humain constitue, sans doute, le plus important des atouts de l’organisme.

Le travail d’équipe exceptionnel de notre personnel de même que son intégrité et son souci de l’excellence n’ont d’égal que son engagement envers le service public. Ils sont des Canadiens qui, en somme, ont résolument pris fait et cause pour le Canada. Grâce à ce dévouement exemplaire et à ces compétences sans égal, le CST pourra envisager les 70 prochaines années avec optimisme et mener à bien sa mission consistant à protéger les intérêts et la sécurité du Canada.

Je remercie à nouveau le Comité pour son invitation et je me tiens désormais à votre disposition pour répondre à vos questions.